En ce moment : Brick - FAKE Ecouter la radio

Infirmiers libéraux en grève, « je refuse des patients pour ne pas faire de la merde »

Ça se passe près de chez vous. Les infirmiers libéraux sont en grève dans toute la France. Plusieurs manifestations ont été menées ce jeudi y compris dans l'Artois. Un mouvement pacifique visant a alerter le public qui devrait être reconduit, au moins jusqu'au 12 février.

Infirmiers libéraux en grève, « je refuse des patients pour ne pas faire de la merde »
Une quinzaine de manifestants ont fait le déplacement jusqu'à Arras. - Adrien Bonnerot

Une revalorisation des actes médicaux, une hausse des frais de déplacements… voici ce que réclament les infirmiers libéraux, en grève dans toute la France depuis ce jeudi. Ils étaient une quinzaine dans l’opération escargot menée entre Seclin et Arras sur l’autoroute A1 avant de manifester devant la Caisse d’Assurance Maladie de la cité Atrébate, ce 8 février dans la matinée.

16 ans sans revalorisation

Leïla a fait le déplacement depuis Valenciennes où elle exerce depuis 18 ans en tant qu’infirmière libérale. Elle dénonce des efforts trop minces par rapport à l’inflation récente mais réclame surtout une revalorisation, la dernière datant de 2008. « On en a ras le bol. Nos cotations n’ont pas suivi l’inflation et aujourd’hui on le sent. On veut aller jusqu’au bout et être reçus à la table des négociations », s’agace-t-elle.

Un effort sur l’indemnité des frais de déplacement a été fait au mois de janvier mais la compensation est trop faible pour la praticienne. « On nous a accordé 25 centimes et l’indemnité est passée à 2,75 euros, c’est beaucoup trop faible. On réclame une indemnité forfaitaire de déplacement de 5 euros. »

Refus en série

Klaxons, pains au chocolat, pancartes et tracts… la manifestation fut pacifique et les forces de l’ordre déployées ont veillé à la bonne circulation des véhicules arrêtés boulevard Allende. Il n’empêche que la colère de certains était palpable, Arnaud est infirmier libéral remplaçant à Billy-Montigny depuis 5 ans, « J’ai parlé avec une consœur qui refuse les prises de sang car sur les 8 euros déployés lors d’interventions de ce genre, 4 vont dans notre poche et on en vient à se demander si ça vaut le coup de le faire. Il y a une semaine j’ai refusé une prise en charge car je suis surchargé, j’ai dû expliquer à la patiente que si je la prenais j’avais peur de faire de la merde. »

Pour avoir un salaire décent, certains infirmiers libéraux n’hésitent pas à charger leurs emplois du temps et prendre des risques. « Pour être à l’heure chez mes patients je suis en excès de vitesse, je me gare devant leur porte et je cours. Pour nous la retraite sera à 67 ans et je ne me vois pas faire ce métier jusque là s’il n’y a pas d’améliorations. Si je persiste c’est parce que j’aime cette profession mais beaucoup abandonnent », poursuit Arnaud.

En attendant de potentielles négociations, le mouvement national devrait se poursuivre jusqu’au 12 février, d’autres distributions de tracts sont prévues dans l’Artois.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Infirmiers libéraux en grève, « je refuse des patients pour ne pas faire de la merde »