En ce moment : Loca Loca - R3HAB Ecouter la radio

« C’est pénible, on est toujours en panique », le ras-le-bol des Arrageois après les fausses alertes à la bombe

Arras - St Pol. Les Arrageois n'en peuvent plus ! Plusieurs établissements scolaires ont été évacués ce lundi matin en raison de nouvelles alertes à la bombe. Ils expriment leur ras-le-bol.

« C’est pénible, on est toujours en panique », le ras-le-bol des Arrageois après les fausses alertes à la bombe
Les parents d'élèves viennent chercher leurs enfants à la salle Tételin après les fausses alertes à la bombe à Arras. - Géraud Lefebvre

Une nouvelle frayeur ce matin dans l’Arrageois ! De nombreux établissements scolaires ont été évacués à Arras en raison d'alertes à la bombe aux alentours de 8h30: l’école maternelle Oscar Cléret, le collège Jehan Bodel, le collège privé Saint-Vincent et le lycée professionnel Saint-Charles. À cela s’ajoute une autre évacuation : celle de l’école maternelle Charles Perrault à Dainville. Ces alertes à la bombe ont toutes été envoyées par mail. Information que le parquet d'Arras confirme, en précisant qu'une enquête a été ouverte. Les élèves arrageois ont été confinés ce matin dans la salle des sports Tételin en attendant que les parents viennent les chercher. Après plus de deux heures de vérifications, les forces de l’ordre ont levé les doutes. Les cours ont ensuite repris dans la journée.

Un ras-le-bol pour les Arrageois

« Il a fallu que cela tombe un 13 novembre », souffle une mère de famille, énervée de devoir quitter le travail pour récupérer son enfant en raison de la fausse alerte à la bombe. Cette date est, et restera, marquante pour tous les Français. Il y a huit ans, 130 personnes ont perdu la vie lors des attaques terroristes à Paris et à Saint-Denis revendiquées par le groupe Etat islamique. Il y a un mois, jour pour jour, Dominique Bernard, professeur de français, a été assassiné à la cité scolaire Gambetta-Carnot à Arras. 

Ce lundi matin, les élèves ont été contraints d’être évacués… Et ce n’est pas la première fois que ces faits se produisent ! La cité scolaire Gambetta a été évacuée après une fausse alerte à la bombe le 16 octobre. Quelques jours plus tard, le 26 octobre, c’était au tour de l’université d’Artois de subir le même sort. Les parents d’élèves, collégiens et lycéens en ont assez ! Delphine, maman d’une enfant scolarisée en classe de 5e, exprime son ras-le-bol. « On est toujours en panique à chaque alerte à la bombe, ça devient pénible. On en a marre. » Sentiment partagé par Stéphanie, maman d’un garçon scolarisé au collège Bodel : « C’est fatiguant, on travaille aussi. » Tom, un lycéen, s'est «  habitué » à ces fausses alertes, tout en précisant qu'il trouve « cela saoulant ». De son coté Zora, accompagnante AESH à l'école Oscar Cléret, (celle qui s’occupe des enfants en situation de handicap) ne se sent pas « rassurée ».

À noter que les personnes à l’origine de ces faux signalements risquent jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
1 commentaires
Les commentaires sur Horizon Actu
Les commentaires sur Horizon Actu
Marie Paule 13/11/2023 - 22h44
Signaler ce commentaire

Bien sûr je suis d'accord avec vous

En direct
« C’est pénible, on est toujours en panique », le ras-le-bol des Arrageois après les fausses alertes à la bombe