En ce moment : Last Night - HENRI PFR Feat SADIE ROSE VAN Ecouter la radio

Neuf policiers décorés par Gérald Darmanin après l'attentat d'Arras

Arras - St Pol. Six mois après l'attentat d'Arras, Gérald Darmanin est revenu dans la commune. Le ministre de l'Intérieur a distingué neuf gardiens de la paix qui sont intervenus le 13 octobre dernier et ont participé à l'arrestation de l'assaillant, Mohammed Mogouchkov.

Neuf policiers décorés par Gérald Darmanin après l'attentat d'Arras
Neuf policiers ont été décorés, six d'entre eux ont reçu la Légion d'Honneur. - Adrien Bonnerot

Le ministre de l’Intérieur était en déplacement à Arras ce lundi matin. Gérald Darmanin s’est rendu à la préfecture de la ville accompagné du maire Frédéric Leturque et le préfet du Pas-de-Calais, Jacques Billant. Lors de cette cérémonie, de nombreux policiers étaient présents et neuf d’entre eux ont été récompensés. Il s’agissait de ceux qui sont intervenus lors de l’attentat qui s’est déroulé il y a presque 6 mois au sein du lycée Gambetta. Dans des conditions météorologiques moroses, le résident de la place Beauvau a tenu un discours, qui ne pouvait être écrit sans mentionner la seule personne ayant perdu la vie le 13 octobre dernier, le professeur de Français, Dominique Bernard.

« Le terroriste avait planifié, avec une minutie glaçante, pour frapper à mort un enseignant, un de ces hommes qui savent pour quelle cause ils s’engagent. Il a sciemment pris comme cible un professeur de lettre, celui qui l’avait connu, confessant qu’à ses yeux, il incarnait la matière de la passion, de l’amour et l’attachement à la France. » Mohammed Mougouchkov avait expliqué que son ancien professeur de français était la seule personne qu'il voulait tuer lors de cette attaque au couteau.

« Il a tué de sang-froid Dominique Bernard, passeur de culture, gardien de tout ce que nous avons en partage, la langue française, le creuset de l’humanité. » déplore Gérald Darmanin.

Des images gravées à vie

L’ancien maire de Tourcoing était présent pour décorer les neuf gardiens de la paix, il s’est adressé à eux en saluant leur bravoure et leur efficacité dans un moment où chaque minute comptait, « le terroriste s’est rué sur les policiers, hurlant sa haine, brandissant les lames, mais vous n’avez pas reculé. Lorsque que quelqu’un vomit sa soif de sang, hurle qu’il veut tuer, vous tuer, il en faut du cran pour ne pas fuir ou ne pas tenter une autre approche plus définitive. » Après son discours, le ministre de l’Intérieur a entamé une Marseillaise, suivie et reprise par les policiers présents et leurs familles.

Les officiers mis à l’honneur ont tous reçu la médaille pour acte de courage et dévouement et six d’entre eux se sont vu remettre la Légion d’Honneur, récompense nationale. Parmi eux, David, il avait déjà été décoré par la ville d’Arras. Envahi par des sentiments paradoxaux, il aurait préféré recevoir une telle reconnaissance dans d’autres circonstances. « Ce n’est pas évident de recevoir tous les mérites quand il se passe se genre de drame mais nous l’acceptons. Nous sommes fiers de ce que nous faisons. »

légion_dhonneur
©Adrien Bonnerot | Certains policiers ont été distingués avec plusieurs médailles.

La fierté est présente mais les images de l’attaque persistent, il sera marqué à vie, « C’est toujours la vue du décor quand on est entrés dans le lycée… le sang, les blessés, c’est très marquant, on a encore le sommeil difficile. On en parle souvent, on est encore en contact avec les enseignants et les victimes, on échange souvent, ça a créé un lien qui va perdurer. »

Depuis l’attentat, les hommages se sont succédés dans toute la France, certains policiers doivent encore être distingués pour leur intervention lors de cet attentat du 13 octobre.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Neuf policiers décorés par Gérald Darmanin après l'attentat d'Arras