En ce moment : Help me make it - HUFF & PUFF Ecouter la radio

Une simulation d’incendie grandeur nature à la cathédrale d’Arras

Arras - St Pol. Le faux scénario était élaboré par les pompiers, en collaboration avec la direction des affaires culturelles et la préfecture du Pas-de-Calais. Objectif : s’entrainer au sauvetage des biens culturels et des œuvres au sein de l’édifice religieux.

Une simulation d’incendie grandeur nature à la cathédrale d’Arras
Julie Desbois

Non, la cathédrale d’Arras n’était pas en feu ce mardi après-midi, rassurez-vous. Un important dispositif de pompiers était pourtant mobilisé aux abords de l’édifice religieux et les rues étaient bloquées, empêchant certains riverains de circuler. La cause de ces perturbations ? Un faux scénario d’incendie à l’intérieur du bâtiment.

L’exercice avait pour objectif de préparer au mieux les risques de départ de feu et surtout de s’entrainer au sauvetage de quatorze œuvres d’art. Les pompiers se forment désormais à ce type d’intervention dans les monuments historiques « surtout depuis le terrible incendie de Notre-Dame-de-Paris en 2019, et celui de la cathédrale de Nantes en juillet 2020 », explique Hélène Gigardot, directrice de cabinet du Préfet du Pas-de-Calais. Le choix de mener cet exercice dans la cathédrale d’Arras n’était pas un hasard. Le lieu est particulièrement sensible dû à la proximité avec l’abbaye Saint-Vaast qui abrite le Palais des Beaux-Arts.

Sauver le patrimoine

Seule une poignée d’intervenants avait connaissance du scénario, notamment Philippe Rigot, le directeur du centre d’incendie et de secours du Pas-de-Calais. « On a simulé un incendie dans deux chapelles de la cathédrale », explique-t-il. La police municipale en patrouille donne l’alerte. « Le premier objectif est d’éviter la propagation du sinistre », poursuit le chef du SDIS 62. « Le second, c’est de préserver les œuvres ». Pour l’exercice, les pompiers ont dû procéder à l’évacuation des certains biens classés prioritaires par la Direction des Affaires Culturelles (DRAC), d’autres ont été simplement protégés grâce à des bâches. Pour cela, une cinquantaine de pompiers a été mobilisée, notamment deux pompiers volontaires experts en biens culturels, dont la mission était de guider leurs collègues en intervention.

Le but de cette vaste opération est aussi de tester les procédés élaborés entre les différents acteurs et la bonne coordination pour « être prêts en cas de situation réelle. C’est important d’en tirer tous les enseignements si une catastrophe devait se produire… Cela peut être un cierge, un câble électrique… n’importe quoi », précise Arielle Fanjas, directrice régional adjointe des affaires culturelles dans le Pas-de-Calais.

img_0106

Un autre exercice devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année dans la cathédrale d’Arras.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
1 commentaires
Les commentaires sur Horizon Actu
Les commentaires sur Horizon Actu
Marie Paule 29/09/2023 - 00h00
Signaler ce commentaire

Je suis d'accord avec vous

En direct
Une simulation d’incendie grandeur nature à la cathédrale d’Arras