En ce moment : The road to hell - CHRIS REA Ecouter la radio

Arras : «Le mouvement va s’amplifier», les manifestants contre la réforme des retraites pensent à la suite

Ça se passe près de chez vous. La deuxième journée de mobilisation a rassemblé plus de manifestants que le 19 janvier. Les manifestants pensent déjà à la suite !

Arras : «Le mouvement va s’amplifier», les manifestants contre la réforme des retraites pensent à la suite
©Géraud Lefebvre

500 000 manifestants à Paris ! C'est le chiffre annoncé par la CGT en cette deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, soit 100 000 de plus que lors de la manifestation du 19 janvier. Dans le cortège, les manifestants se disent tous déterminés à poursuivre la mobilisation aussi longtemps que nécessaire, voire à durcir le mouvement. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, on comptait près de 40 000 manifestants à la mi journée. Ce mardi après-midi, 70 000 manifestants ont battu le pavé à Lille.


©Géraud Lefebvre

Les manifestants arrageois prêts à poursuivre le mouvement

La mobilisation a aussi été suivie à Arras : 6 000 personnes selon les syndicats, 4 000 selon la police.  C'est plus que lors de la première journée de mobilisation. « Le mouvement va s’amplifier ! Le gouvernement doit entendre la voix de la rue. Les dirigeants ne peuvent plus fermer les yeux. La colère elle est là et elle peut se radicaliser si le gouvernement ne retire pas son projet de réforme », nous annonce-t-on du côté de la CGT.  « La mobilisation restera forte. Il y aura peut-être un essoufflement étant donné que les journées de grève sont des pertes de salaires. Mais il y a des aides pour ça, on sera encore mobilisé », précise Didier Fatoux, délégué syndical FO pour la société Plastic Omnium à Ruitz.


©Géraud Lefebvre

 « Ce n’est pas terminé ! On attend les prochaines dates et on sera là à chaque fois. Je rêve que le gouvernement fasse marche arrière, c’est une réforme injuste, surtout pour les femmes » espère Sandrine Trépié, secrétaire général de la fédération autonome au niveau du conseil départemental du Pas-de-Calais. « Ce n’est pas fini, Madame Borne a déclaré la guerre en disant que le report de l’âge de départ à 64 ans n’était pas négociable. Elle nous provoque », lance Etienne Martinot, secrétaire départemental FO Santé 62.

De son côté, Elisabeth Borne ne change pas de cap. Devant les députés de la majorité, la Première ministre a une nouvelle fois défendu la réforme. Un moyen, selon elle, de sauver le système par répartition. Elle appelle la majorité à être unie.

La CGT Transports a déjà annoncé deux journées d’action : les 7 et 8 février prochain.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Arras : «Le mouvement va s’amplifier», les manifestants contre la réforme des retraites pensent à la suite