En ce moment : Bonne Idée - JEAN-JACQUES GOLDMAN Ecouter la radio

Pourquoi l’opération collège mort se poursuit à Marles-les-Mines ?

Béthune - Bruay. Les parents d'élèves et professeurs ne veulent rien lâcher. L'opération collège mort se poursuit à Marles-les-Mines, faute d'accord avec l'inspection académique. Explications.

Pourquoi l’opération collège mort se poursuit à Marles-les-Mines ?
Géraud Lefebvre

L’opération collège mort se poursuit à Marles-les-Mines ! Depuis le 6 février, parents d’élèves et professeurs manifestent devant les grilles du collège Emile Zola. Ils protestent contre la suppression envisagée de 28h de dotation horaire globale. Concrètement, le collège perdrait deux classes en septembre prochain et un poste de professeur.

Une rencontre décevante avec l’inspection académique

Une délégation a été reçue par la directrice académique adjointe ce jeudi 8 février. Selon elle, la suppression de deux classes reste une nécessité. Face à ce refus, les parents d’élèves et les professeurs ne comptent pas en rester là, ils ont reconduit l’opération collège mort jusqu’à nouvel ordre. « Elle a indiqué que ce n’était pas de son ressort et qu’on devait se débrouiller avec ce qu’on avait », lance Stéphane Decouvelaere, professeur d’éducation musicale. « Les parents d’élèves sont repartis abattus et dégoutés. On considère cela comme une forme de mépris, il faut relancer le mouvement. »

Parents d’élèves et professeurs ont une nouvelle fois prévu de se réunir devant le collège Zola de Marles-les-Mines ce mercredi. « On verra au jour le jour, on espère avoir des nouvelles du rectorat ou de la direction académique ». En attendant, quelques collégiens sont présents dans l’établissement. « Nous n’avons pas dans le programme pour ne pas handicaper les autres élèves, les professeurs donnent des fiches de révisions. J’ai eu trois collégiens avec moi ce matin », précise le professeur de musique.


Depuis le 6 février, parents d'élèves et professeurs manifestent pour protester contre la supression envisagée de deux classes. ©Géraud Lefebvre

La délégation a envoyé un courrier à la rectrice ainsi qu’au ministère de l’Education nationale et au Premier ministre. « La déception est grande ! N’ayant pas pu avancer avec l’inspection académique, nous avons envoyé au-dessus. On ne sera peut-être pas entendu mais on aura essayé. »

 

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Pourquoi l’opération collège mort se poursuit à Marles-les-Mines ?