En ce moment : Let me think about it - IDA CORR Vs FEDDE LE GRAND Ecouter la radio

Pourquoi une opération « collège mort » était organisée ce lundi à Marles-les-Mines ?

Béthune - Bruay. Parents d’élèves, élus locaux et professeurs ont manifesté ce lundi devant les grilles du collège Emile Zola à Marles-les-Mines, près de Bruay-la-Buissière. Ils protestent contre la suppression envisagée de deux classes en septembre prochain. Suppression qui pourrait entraîner un poste en moins de professeur d'EPS et une hausse d'élèves par classe.

Pourquoi une opération « collège mort » était organisée ce lundi à Marles-les-Mines ?
Géraud Lefebvre

Dans le Bruaysis, les parents d’élèves se mobilisent pour sauver leurs classes ! Ils ont appelé à une journée « collège mort » ce lundi. Concrètement, cela signifie que les parents d’élèves n’ont pas conduit leurs enfants en cours. Seuls une trentaine d'élèves étaient présents sur quatre cents en temps normal. Plus d’une quarantaine de personnes ont manifesté devant les grilles du collège Emile Zola à Marles les Mines. Professeurs, élus et parents d’élèves craignent une fermeture de deux classes à la rentrée prochaine alors que les effectifs sont stables. Le collège ne compterait alors que 16 classes et non 18.

28 élèves par classe dès septembre 2024

« On aura 28 élèves l’année prochaine en classe de 6e. Il faut savoir que les Ulis (Unité Locale pour l’Inclusion Scolaire, ndlr), les enfants en situation de handicap, ne sont pas comptés dans l'équation, sans oublier leurs accompagnants. Il y aura plus de 30 élèves par classe, voire 33, ce n’est pas gérable. », s’inquiète Sandrine Viardot, présidente de la fédération des conseils des parents d’élèves.

« On demande aussi plus d’heures pour nos professeurs : 28 heures par poste. Sinon ils iront enseigner ailleurs et on ne veut pas que nos enfants perdent leurs enseignants. » Stéphane Decouvelaere ajoute qu’un poste d’éducation physique et sportif sera supprimé, ainsi qu’un poste de prof d’anglais. « Si on supprime des postes, on devra faire plus d’heures. Après 23 ans de carrière, je ne vais pas commencer à travailler dans 3 collèges différents. »

Groupes de niveaux.

La mise en place de groupe de niveaux est aussi une source de crispation selon Stéphane Decouvelaere, professeur d’éducation musicale. « On veut aussi montrer que les groupes de niveaux ne fonctionnent pas. On ne peut pas dire à un enfant de 6e qu’il ira dans le groupe des nuls, celui des moyens ou celui des forts ? C’est n’importe quoi. En sachant que des élèves très bons peuvent tirer vers le haut le groupe. On ne veut pas les stigmatiser. »

L’opération « collège mort » devait se poursuivre jusqu’à mercredi mais les cours vont reprendre ce mardi. L’inspecteur académique d’Arras accepte de recevoir une délégation de professeurs et de parents d’élèves ce jeudi à 16h. 

 

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Pourquoi une opération « collège mort » était organisée ce lundi à Marles-les-Mines ?