En ce moment : Work With My Love - ALOK & JAMES ARTHUR Ecouter la radio

Passoire thermique : ce qui change en 2023

Environnement. Depuis le 1er janvier, le gouvernement a mis en place des mesures pour lutter contre les passoires thermiques. Mais comment savoir si votre logement en fait partie ? Explications

Passoire thermique : ce qui change en 2023
Shutterstock

En France, il y aurait 7,2millions de passoires thermiques selon les chiffres publiés par l’Observatoire national de la rénovation énergétique. Certains critères vous permettent de savoir si votre logement est une passoire thermique, c'est-à-dire un habitat particulièrement énergivore, avec un diagnostic de performance énergétique F ou G. À noter qu’une passoire thermique n’est pas forcément un logement insalubre. 

Quels critères ?

Premier critère : l’année de construction de votre logement. Les premières réglementations thermiques ont été mises en place à partir de 1974. Si la date de votre logement est antérieure à 1974, vous êtes peut-être concernés. Ensuite, jetez un œil sur votre facture. Si elle est anormalement élevée, il y a de fortes chances pour que votre logement soit une passoire thermique. Si vous vous sentez mal dans votre maison ou appartement ou que le lieu est humide, cela signifie surement que votre maison est une passoire thermique. La toiture est responsable de 30% de perte de chaleur. Ce chiffre tombe à 20% pour les murs.

Des passoires thermiques interdites à la location

Depuis le 1er janvier, les biens immobiliers classés G sur le diagnostic de performance énergétique (les biens qui consomment plus de 450 KWh par m² et par an) sont interdits à la location. Cette indication est notée à la page 3 de votre DPE. Les logements classés F sont aussi concernés et les biens classés en E le seront également à partir de 2034.  

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Passoire thermique : ce qui change en 2023