En ce moment : My precious diamond (Radio edit) - LIFELIKE Ecouter la radio

Facundo Medina, grinta Sang et Or, ciel bleu à l’horizon

RC Lens.

Absent un mois, Facundo Medina a soigné son retour avec une superbe performance à Rennes. Un retour par la grande porte pour ce défenseur que l’on imagine bien obtenir un rôle plus important dans les prochains mois avec l’Albiceleste championne du monde. Depuis décembre dernier, les footballeurs argentins n’ont pas une cote de popularité élevée […]

Facundo Medina, grinta Sang et Or, ciel bleu à l’horizon

Absent un mois, Facundo Medina a soigné son retour avec une superbe performance à Rennes. Un retour par la grande porte pour ce défenseur que l’on imagine bien obtenir un rôle plus important dans les prochains mois avec l’Albiceleste championne du monde.

Depuis décembre dernier, les footballeurs argentins n’ont pas une cote de popularité élevée en France. Beaucoup ont tendance à les décrire comme exagérément provocateurs, agaçants, antipathiques et autres termes peu reluisants après plusieurs épisodes du Mondial, avec en points d’orgue un match tendu contre les Pays Bas et les chambrages intempestifs du gardien Emiliano Martinez après la finale contre les Bleus. Mais comment ne pas aimer le Lensois Facundo Medina ? Le défenseur n’était pas au Qatar, mais comme ses compatriotes et coéquipiers ponctuels de l’Albiceleste, il sait être chambreur. On se souvient qu’il s’est pointé dans le vestiaire lensois avec un grand drapeau argentin après le titre de champion du monde, mais qui va être agacé de voir l’enfant de Villa Fiorito chambrer gentiment ses camarades français et exhiber ainsi sa fierté ? En fait, on serait plutôt déçu de ne pas l’avoir vu célébrer ce titre de champion du monde directement à Buenos Aires, au milieu des Lionel Messi et Emiliano Martinez… Parce qu’il l’aurait sans doute mérité au bout d’une année 2022 de haut niveau, encore confirmée samedi à Rennes.

Facundo Medina est champion du monde comme l’ensemble des Argentins du globe, mais on ne nous empêchera pas de penser que la ligne aurait pu être écrite sur son palmarès de joueur. Lionel Scaloni, qui en avait fait un de ses réservistes, a emmené l’Argentine jusqu’à sa première victoire en Coupe du monde depuis la génération Diego Maradona en 1986 et ses choix apparaissent donc difficilement critiquables. Il a gagné donc il avait raison. Mais on a de quoi, de notre point de vue lensois, ne pas comprendre ce que « Fac’ » avait de moins que certains des défenseurs convoqués… Depuis le début de la saison, l’Argentin arrivé en 2020 a atteint un niveau de régularité qui lui faisait parfois défaut lors de ses 18 premiers mois en Sang et Or. Pour l’heure, Facundo Medina doit encore gagner un rôle de régulier au sein de l’Albiceleste, avant même d’envisager du temps de jeu. Mais alors qu’il avance à vitesse grand V à Lens, ne peut-il pas espérer que son statut évolue en Argentine dans les prochains mois ?

Tout pour plaire à Lens

Avec Lens, il lui manque peut-être cette expérience internationale en club que beaucoup de sélectionneurs de grandes équipes nationales apprécient tant, mais il est un pilier de la meilleure défense de Ligue 1 depuis le début de la saison. Régulièrement, il s’est montré à la hauteur dans de gros matches face à des formations européennes, que ce soit face au PSG, Marseille, ou encore samedi à Rennes. Samedi, il a même peut-être livré son meilleur match dans une saison pourtant riche en grosses performances. Toujours moins sujet à ces sautes de déconcentration qui lui ont fait défaut à plusieurs reprises à ses débuts en Artois, pourtant sur le retour d’une blessure, il a fait l’étalage de tout son talent : sur tous les coups défensivement, engagé, il a aussi montré son habilité à amener le danger en portant le ballon et par son jeu de passe tranchant qui offre à Lens de casser les lignes en un éclair.

Au soutien de son camarade Deiver Machado dans l’amphithéâtre de la Gaillette, un jour de point presse.

Plus de 11 000 kilomètres à vol d’oiseau séparent Buenos Aires de Lens mais le Sud américain semble comme chez lui l’ancienne ville minière, taillé pour ce club, pour le jeu développé par Franck Haise et pour plaire à son public à travers son engagement. Il a d’ailleurs resigné récemment pour y élire domicile jusqu’en 2026. On le sait, cela ne veut pas dire qu’il restera jusque là et dès cet été il va sûrement falloir faire face à de nombreux assauts au regard de la saison remarquable qu’il accomplit. En attendant, cette grinta typiquement argentine, le RC Lens est bien heureux de pouvoir compter dessus pour une fin de saison qui s’annonce haletante. Il ne fait aucun doute que la hargne communicative de son défenseur sera un atout majeur. Après avoir vu son Argentine en accrocher une 3e sur son maillot, il est temps pour Facundo Medina d’aller décrocher les étoiles européennes !

Retrouvez toute l'actualité du RC Lens sur lensois.com

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Facundo Medina, grinta Sang et Or, ciel bleu à l’horizon