En ce moment : Lose it all - JOSIANE Ecouter la radio

Navii : "On m'a confié que le public du Nord était très chaud"

People. Focus sur l'une des têtes d'affiche du Horizon VIP Live du 29 avril à Béthune.

Navii : "On m'a confié que le public du Nord était très chaud"

Navii, quel a été votre parcours musical avant le titre « J’écoute du Miles Davis » qui vous a fait connaitre ?
Petit j’coutais énormément de musique avec mes parents. J’ai pris des cours de guitare, de basse, de piano. J’ai rencontré beaucoup de gens, notamment au conservatoire mais aussi à l’école d’improvisation. Pour moi, la musique, c’est depuis toujours et pour toujours.

La musique représente donc votre passion. La référence à Miles Davis dans votre premier tube est-elle voulue ? 
Je suis un grand fan. Nous souhaitions rappeler mes influences jazz. Et j’ai trouvé original de trouver un titre décalé. Ensuite, quand une personne se trouve dans une situation compliquée en amour, elle écoute souvent de la musique. Et pour ma part, c’est du Miles Davis (sourire). Mais après, mes influences sont assez larges avec du Claude Nougaro, Jacques Brel, Oxmo Puccino, et bien d’autres. Je pense de toute façon que la musique est tellement large que chacun peut s’y retrouver.

Que peut-on dire de votre nouveau single « Turbulences » ?
C’est encore une histoire de rupture. L’idée est d'évoquer les méandres et les aléas de l’amour. Dans le genre : « J’ai envie de l’oublier mais je ne veux pas qu’elle s’en aille ». Ce sont des sentiments que l’on éprouve lorsque l’on est amoureux. Mon prochain album tourne autour de ce thème de l’amour avec des ballades, des morceaux un peu plus électro…

« Vivre de bons moments et faire découvrir mes chansons »

Auteur et interprète, vous revendiquez vous exprimer en Français ! 
Tout à fait. C’est une très belle langue mais de plus en plus d’artistes français chantent en anglais. Moi, cela me paraissait normal d’utiliser cette langue par laquelle j’ai appris. Et puis, je ne suis pas très à l’aise en Anglais. Je le comprends plutôt bien mais le parle assez peu.

Au rayon musique, vous êtes un touche-à-tout mais la guitare semble votre instrument privilégié, notamment sur scène…
C’est ça. En plus, c’est compliqué de se promener avec un piano sur le dos. Par conséquent, j’utilise beaucoup la guitare. Mais comme je me suis remis au piano, prochainement, je vais reprendre des morceaux en piano-voix en concert.

Vous avez déjà réalisé des premières parties d’artistes reconnus comme Tal, Christophe Maé. Dès lors, est-ce plus facile d’appréhender ces concerts, comme le Horizon VIP Live, où le public ne vient pas forcément pour vous ?
Oui. Et cela reste de beaux défis. Je profite de mes 30 minutes sur la scène pour vivre de bons moments et faire découvrir mes chansons. C'est aussi très bon pour apprendre à être sur scène. Pour moi, il s’agit d’un plaisir.

Connaissez-vous le public du Nord ?
Je suis déjà venu pas très loin de Béthune et l’on m’a confié que le public était très chaud. Je vais donc pouvoir vérifier cela. En plus, je connais Louane, l’enfant du Nord, car je vais assurer 4 de ses premières-parties. Evoluer avant une telle artiste permet de jouer avec la pression devant des milliers de personnes.

Propos recueillis par Kahina Kanoun

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Navii : "On m'a confié que le public du Nord était très chaud"