En ce moment : Losing my religion - REM Ecouter la radio

Comme un malaise dont il faut vite se remettre

RC Lens.

Les changements actuellement opérés au RC Lens ont de quoi donner le vertige à ses plus fidèles supporters. Pour le meilleur ou pour le pire ? Difficile de deviner de quoi l’avenir sera fait avec cette nouvelle ère qui va s’ouvrir, même s’il reste matière à garder une part de confiance. « Dans le football, tout […]

Comme un malaise dont il faut vite se remettre

Les changements actuellement opérés au RC Lens ont de quoi donner le vertige à ses plus fidèles supporters. Pour le meilleur ou pour le pire ? Difficile de deviner de quoi l’avenir sera fait avec cette nouvelle ère qui va s’ouvrir, même s’il reste matière à garder une part de confiance.

« Dans le football, tout peut aller très vite ». Ce poncif sied parfaitement au RC Lens en ce moment… Certes, la qualification en C4 en a laissé plus d’un sur sa faim, mais en quelques jours, nous sommes passés d’une 2e qualification européenne consécutive à une atmosphère digne d’un club en plein marasme. On n’est pas vraiment habitué à voir un club changer autant de choses quand tout va bien. A l’heure actuelle, le RC Lens n’a plus vraiment de directeur général, Arnaud Pouille étant encore en train de faire la passation pour son successeur qui pourrait bien être Pierre Dreossi, le nouveau responsable de la cellule de recrutement Diego Lopez Gomez vient à peine de poser ses valises et Franck Haise devrait être officiellement niçois dans quelques jours. Autant dire que le RC Lens n’a pour l’heure pas d’entraîneur. Pas vraiment les conditions idéales pour engager un mercato censé être préparé en amont.

Il y a pourtant bien un pilote dans l’avion en la personne de Joseph Oughourlian. On a bien compris d’ailleurs que cette période agitée est le résultat de sa volonté de tenir plus fermement le manche. Mais que serait un bon pilote sans ses co-pilotes ? La réussite du RC Lens, ce n’est ni la seule responsabilité de Joseph Oughourlian, ni celle d’Arnaud Pouille, ni celle de Franck Haise, pas plus que c’était uniquement celle de Florent Ghisolfi avant son départ à Nice. Mais c’était la réussite de tout un assemblage qui avait la stabilité pour crédo. Alors quand toute la charpente est retapée d’un seul coup, on peut comprendre que les supporters se montrent pour beaucoup circonspects.

Une nouvelle ère va débuter oui, mais quand ?

Il va maintenant falloir que le nouvel organigramme, qui devra être très vite officialisé, fasse ses preuves. Diego Lopez Gomez et Pierre Dreossi, qui tient la corde pour être nommé directeur général, n’ont pas vraiment brillé pour leurs derniers travaux même si le second est un homme d’expérience qui a aussi connu des réussites au cours de sa carrière. Mais le plus important dans cet attelage sportif, cela reste l’entraîneur, et le flou est pour l’heure total pour les fans Sang et Or qui voient partir un technicien qui a su s’imposer en 4 ans comme l’un des plus marquants de l’histoire de leur club et qui ne mérite d’ailleurs certainement pas les quelques insultes que l’on a pu voir ici et là sur les réseaux sociaux, même quand on comprend que la destination a de quoi faire tousser au regard du passif entre le Racing et le Gym ou le différentiel de popularité entre les 2 environnements. Mais il aurait plutôt mérité un bel au revoir au coeur de Bollaert qu’un départ dans ces conditions.

Une nouvelle ère va s’ouvrir pour le RC Lens. Va-t-elle le reconduire vers des heures plus sombres ou vers de nouveaux succès ? Personne ne le sait aujourd’hui. Beaucoup étaient sceptiques lorsque Franck Haise a été nommé entraîneur de l’équipe première du RC Lens. On connait le résultat. Mais Joseph Oughourlian et la direction lensoise avaient alors fait confiance au flair de Florent Ghisolfi. Et on ne va pas se leurrer, le départ de ce dernier a généré une période d’instabilité dans l’organisation sportive dont le RC Lens avait du mal à se défaire depuis octobre 2022. Peut-être fallait-t-il renverser la table pour repartir de zéro ? Sans doute aurait-il été plus confortable que cela se fasse avec un peu plus de douceur, crescendo. Maintenant, le Racing a toujours un effectif de qualité sous contrat et qui mérite d’être peaufiné. Il est toujours européen avec un barrage de C4 à l’horizon fin août. Il est, à un point rarement atteint dans son histoire, toujours un club particulièrement attractif grâce au travail effectué ces derniers années. Mais le RC Lens va maintenant devoir remettre le couvert sans trop jouer la montre s’il veut préparer un avenir qui peut encore être radieux.

Retrouvez toute l'actualité du RC Lens sur lensois.com

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Comme un malaise dont il faut vite se remettre