En ce moment : Killing me softly - FUGEES Ecouter la radio

Franck Haise : « Il fallait que je fasse ce pas de côté »

RC Lens.

Comme annoncé mercredi par le RC Lens, Franck Haise n’a plus le statut de manager général. Le technicien est déchargé de certaines responsabilités (formation, post formation, féminines) pour se recentrer sur l’équipe première. Celui qui reste ainsi bel et bien le manager du groupe pro fait le point sur ce changement. Lensois.com : Franck Haise, nous […]

Franck Haise : « Il fallait que je fasse ce pas de côté »

Comme annoncé mercredi par le RC Lens, Franck Haise n’a plus le statut de manager général. Le technicien est déchargé de certaines responsabilités (formation, post formation, féminines) pour se recentrer sur l’équipe première. Celui qui reste ainsi bel et bien le manager du groupe pro fait le point sur ce changement.

Lensois.com : Franck Haise, nous avons appris mercredi que vous allez désormais vous recentrer sur le groupe pro après avoir été manager général pendant un an et demi. Pouvez-vous nous en dire plus ?
C’était une réflexion personnelle que je menais depuis plusieurs semaines. Elle était déjà entamée sur la fin d’année 2023. J’ai pris cette décision pour préserver mon énergie. Quand j’ai présenté cette décision à Arnaud (Pouille) et au président, j’ai reçu beaucoup d’écoute et ils ont entériné ma demande de prendre du recul sur une partie des missions qui m’ont été données il y a un an et demi, dans un contexte que vous connaissez (ndlr : départ de Florent Ghisolfi). Cela me permet de recentrer mon énergie sur mon cœur de métier, auprès de mes joueurs, de mon staff. Ce que j’ai apprécié, c’est d’avoir eu cette écoute d’Arnaud et Joseph (Oughourlian) car ils auraient pu le prendre autrement. Nous avons bien échangé. Je suis très heureux que cela se passe comme ça. Fred (Frédéric Hebert) va prendre la main sur le suivi, comme Flo (Ghisolfi) à l’époque sur la post formation, la formation et les féminines. C’est un registre qu’il connait pour l’avoir fait à Paris.

« On a tendance à écouter son cerveau, mais ce n’est pas toujours lui qu’il faut écouter le plus »

haise nalis entraînementQu’est-ce qui vous a fait basculer vers cette décision ?
Ce qui a fait basculer, c’est que j’ai fait une formation avec le centre de recherche de la DTN, sur la gestion du stress chez les managers. Ce n’est pas à cause du stress, ça je le gère sinon je ne serais pas entraîneur, mais à un moment, on a évoqué le fait qu’il faut être en capacité de s’écouter, d’écouter les signaux, son corps aussi. On a tendance à écouter son cerveau, mais ce n’est pas toujours lui qu’il faut écouter le plus. J’ai eu quelques signaux qu’il fallait écouter à un moment si je veux être performant dans mon rôle de manager de l’équipe professionnelle et il y a quand même des choses à valider, avec les choix sportifs du recrutement, sans compter que je vais continuer de représenter le sportif dans le comité de direction. J’ai toujours du travail, mais il fallait que je fasse ce pas de côté. Soit j’arrêtais d’être manager général, soit j’arrêtais d’entraîner et comme j’aime trop mon métier d’entraîneur, j’ai choisi de ne plus être manager général.

« Je suis heureux »

Cela peut-il avoir un impact sur les décisions que vous pourriez prendre concernant l’avenir de votre carrière d’entraîneur ?
Si je me recentre sur le métier d’entraineur c’est parce que j’ai toujours envie d’entrainer. Ça fait 7 ans que je suis à Lens et que je suis heureux. Que je puisse avoir des réflexions c’est une chose, mais je suis sous contrat en 2027, je suis à Lens, après c’est le football. Je sais que certains veulent me voir partir tous les ans mais je suis là et bien là. Ce qui est sûr c’est que je ne voulais pas aller dans l’usure et c’est pour ça que j’ai pris cette décision, qui a été écoutée. Notre réussite, c’est d’avoir toujours été alignés même si on ne peut pas toujours être d’accord à 100%. Dans ce cas de figure, on l’a été. Evidemment sentir cet alignement dans un club, c’est quand même une chose très importante pour un entraineur. Et si un jour ils me disent qu’on est en fin de cycle, qu’il faut peut-être trouver une solution, on discutera.  Mais ça fait 7 ans que je suis ici, souvent les durées d’amour on parle de 7 ans, après moi ça fait 31 ans que je suis avec ma femme ! Cela peut durer plus longtemps aussi. Je suis heureux ici. Beaucoup de gens parlent à ma place, interprètent ou ont des idées pour moi mais moi je suis heureux ici. Combien de temps je serai entraineur à Lens, je ne peux pas le dire, je n’en sais rien. Mais je suis heureux, bien entouré et aligné avec ma direction. C’est quand même pas mal. Après c’est le football, on verra, mais comme tous les ans. Tous les ans j’ai eu des contacts, des propositions et je suis resté.

A lire également à propos de Franck Haise :
Franck Haise envisage de rester en tribune après sa suspension

Retrouvez toute l'actualité du RC Lens sur lensois.com

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article
Les commentaires sur Horizon Actu
En direct
Franck Haise : « Il fallait que je fasse ce pas de côté »